TOYOTA Celica Supra

Model-Code

    Celica Supra:
  • MA61 Celica 2.8i Supra, moteur 5M-GE, 5 vitesses, 170 Cv
  • MA61 Celica 2.8i Supra, moteur 5M-E,, 5 vitesses ou 4 rapports automatique,.140 Cv, norme d’émission OGE82

    Supra:
  • MA70 Supra 3.0i, moteur 7M-GE, 5 vitesses ou 4 rapports automatique, norme US83
  • MA70 Supra 3.0i Turbo, moteur 7M-GTE, 5 vitesses ou 4 rapports automatique, norme d’émission US83
  • MA70 Supra 3.0i Turbo Targa, moteur 7M-GTE, 5 vitesses ou 4 rapports automatique norme d’émission US83

Aux USA, l’usine a déjà proposé pour la gamme de modèles Celica antérieure une version Supra avec le moteur à carburation 2.6 litres, 6 cylindres, dont était équipée à l’époque la Toyota Crown . Lorsque la nouvelle génération de la Celica a été lancée, les Européens ont également eu la possibilité de commander une version Supra basée sur la Celica.

Celle-ci avait un nez nettement plus long que les versions Celica à 4 cylindres. Le moteur à double arbre à cames 170 CV, le bon équipement et le prix situé autour des 27 000 francs ont alors permis à de nombreux acheteurs Celica de passer à la catégorie des véhicules à six cylindres.

Avec l’introduction des prescriptions sur les gaz d’échappement OGE82 spécifiques pour la Suisse, on a été contraint, rien que pour la Suisse, de remplacer le moteur DOHC par le moteur 140 CV SOHC de la Crown. En revanche, les élargisseurs des ailes de série et les pneus plus somptueux lui ont conféré un look musclé. Le tachymètre était maintenant un bandeau lumineux ayant la forme de la courbe de couple. La courbe de couple correspondait toutefois à la version US de la MA61 avec un moteur à double arbre à cames de 145 CV et un catalyseur régulé. Une version automatique était aussi livrable. Celle-ci profitait dans les bas régimes de caractéristique de couple maximal du moteur Crown moins puissant.

Avec la génération plus récente, le complément de nom «Celica» a été supprimé, la Supra est devenue un modèle autonome. La version à aspiration naturelle du nouveau moteur 3.0i n’était livrable que pendant une année. L’usine a complété l’offre par une version turbo et l’a proposée de surcroît au choix en version «Targa». Le turbo a été conçu sur ce modèle comme «système d’amélioration du couple», la pression de suralimentation modeste d’environ 0.4 bar seulement offrait alors aux spécialistes du tuning un large champ d’activités. Mais si le mécanicien amateur exagérait, le système de commande électronique était en mesure de détecter que trop d’air était pressé dans les cylindres et coupait temporairement l’injection.

Si cette Supra 3.0 n’avait pas porté le nom de TOYOTA, on l’aurait aisément confondue avec un US-Muscle car, elle avait nettement grandi par rapport à la Celica Supra antérieure. Le nouveau prix était toutefois aussi près de deux fois plus élevé et les acheteurs se recrutaient dans un groupe de clients disposant d’un pouvoir d’achat plus grand.

Les versions 2.8 litres répondant à la norme antipollution suisse OGE82 devraient notamment susciter l’étonnement des collectionneurs lors des rencontres de marques à l’étranger. Ces versions sont en effet très rares sur le plan mondial puisqu’elles n’ont été proposées qu’en Suisse.

Galerie

TOYOTA AG
Schürmattstrasse · 5745 Safenwil · peter.ernst@toyota.ch