TOYOTA Celica

Model-Code

    Versions traction arrières:
  • TA22 1600 ST, 5 vitesses, moteur 2T-B (réservoir sous le compartiment des coffres)
  • TA22 1600 ST, 5 vitesses, moteur 2T-B (réservoir sous le siège arrière)
  • TA22 1600 GT, 5 vitesses, moteur 2T-G

  • TA23 1600 ST Hardtop, 5 vitesses, moteur 2T-B
  • TA28 1600 ST Liftback, 5 vitesses, moteur 2T-B
  • RA28 2000 GT Liftback, 5 vitesses, moteur 18R-G („Mini-Mustang“)

  • TA40 1600 ST Coupé ou Liftback, 5 vitesses, moteur 2T-B
  • TA40 1600 GT Coupé, 5 vitesses, moteur 2T-G
  • RA40 2000 ST Liftback, 5 vitesses, moteur 18R
  • RA40 2000 XT Coupé, 5 vitesses ou 3 rapports automatique, moteur 18R
  • RA40 2000 GT Liftback, 5 vitesses, moteur 18R-G

  • TA60 1600 ST Coupé ou Liftback, 5 vitesses, moteur 2T-B
  • RA61 2000 ST Liftback, 3 portes, 4 rapport automatique, moteur 21R

  • RA63 2000 GT Liftback, 3 portes, 5 vitesses, moteur 18R-G
  • RA61 2000 ST Liftback ou Coupé, 5 vitesses, moteur 21R-C, norme d’émission OGE82

    Version traction avants ou avec quatre roues motrice:
  • ST162 2.0 GTi Liftback, 5 vitesses, moteur 3S-GE, catalyseur
  • ST162 2.0 GT-i Cabriolet, 5 vitesse, moteur 3S-GE, catalyseur
  • ST165 Turbo 4WD, 5 vitesses, moteur 3S-GTE, catalyseur

  • ST182 2.0 GTi Liftback, 5 vitesses, moteur 3S-GE, catalyseur
  • ST185 Turbo 4WD, 5 vitesses, moteur 3S-GTE, catalyseur

Les premières Celica avec traction arrière reposent encore sur la Carina (cf. codes de modèles avec un «A»), alors que les modèles à traction avant ultérieurs ont été dotés de la lettre «T» de la gamme de modèles Corona dont la production avait été arrêtée.

Les Celica étaient les représentantes typiques des voitures appelées aux USA «Pony-Car». La Ford Capri, l’Opel Manta, etc. faisaient également partie de cette catégorie. La première représentante de cette catégorie était aux USA la Ford Mustang dont le lancement était dû aux stratèges de marketing de Ford. Les voitures de sport proprement dites n’étaient produites qu’en petites séries et leur achat et entretien étaient coûteux. Elles demandaient à leur propriétaire un certain «masochisme» et ne se prêtaient guère à un engagement quotidien. Les limousines à quatre portières d’un coût avantageux ne séduisaient en revanche pas beaucoup le jeune public. C’est ainsi qu’était née l’idée de commercialiser un coupé à deux portes ressemblant à une voiture de sport, mais doté de la technique normale des véhicules produits en grande série.

La Ford Mustang a rencontré sur le marché américain un succès du tonnerre. Ford Allemagne et d’autres fabricants de grandes séries en ont pris bonne note. Aux USA, les clients souhaitaient toutefois que la Mustang ait les mêmes performances qu’une voiture de sport et Ford USA a dû, bon an mal an, compléter les moteurs modulaires à carcasse soudée à 6 cylindres plutôt dociles par des moteurs V8 de grand volume. En Europe, de tels «cuirassés» ne se seraient guère vendus, raison pour laquelle on y a développé des Mustangs plus compacts, les «Mini-Mustangs» ou les «Pony-Cars».

Le fait que ce groupe de clients souhaitait également un peu plus de puissance par rapport au modèle passe-partout de base (chez TOYOTA la Carina) a eu pour conséquence que l’on a renoncé à importer les Celica vendues à l’étranger comme modèles «LT». La TA22 a toute de suite été commercialisée avec le moteur 2T-B à 86 CV avec des doubles carburateurs. Lorsqu’une variante GT avec la tête de cylindre à double arbre à cames de Yamaha et les doubles carburateurs Solex était livrable, on a immédiatement placé ce modèle sur les listes de vente. Contrairement à ses concurrents européens, la Celica proposait de la sorte nettement plus de puissance, un bon équipement, un tableau de bord sport avec des instruments ronds, un tachymètre et une boîte à cinq vitesses de série à un prix très compétitif.

Au début des années 1970, environ les deux tiers des véhicules Toyota vendus étaient en Suisse des Celica. Le succès de Toyota dépendait donc en grande partie de ce modèle et, lorsque survint la première crise du pétrole, les chiffres de vente ont rapidement baissé. Les Celica vendues fonctionnaient en effet encore sans problèmes et les acheteurs satisfaits ne voyaient pas pourquoi ils remplaceraient déjà leur voiture. Mais la génération suivante a malgré tout comporté aussi la RA28 (Mini-Mustang) dotée de la carrosserie à hayon arrière et du moteur GT 2 litres qui a de nouveau connu un grand succès et qui est également prisée par les collectionneurs.

L’introduction de la traction avant a nécessité une construction entièrement nouvelle de la gamme de modèles Celica. La production avait maintenant recours au moteur monté transversalement, reposant sur la famille de moteurs «S», introduit déjà depuis longtemps sur les voitures de tourisme normales. Les plus grandes performances, notamment avec le moteur nouvellement aussi livrable en version turbo et l’entrée dans les rallyes nécessitaient le montage d’une traction intégrale permanente pour éviter les problèmes de traction au démarrage.

La variante à traction intégrale avec turbomoteur était ensuite aussi livrable sur les générations suivantes comme la ST165, la ST185 et plus tard encore la ST205. .Ce n’est que pour les dernières versions 1.8 litre qu’elle a été de nouveau supprimée. La Celica a connu jusqu’à la fin une grande famille de fans et il existe en Suisse plusieurs clubs spécialisés dans ce modèle.

Entre-temps, l’usine a lancé en 2012 en collaboration avec Subaru un successeur appelé GT86 («86» pour s’inspirer de la Corolla AE86 TwinCam16 très prisée). Il reprend le concept connu de la Sports800 avec un moteur boxer et la traction arrière.

Pour les collectionneurs, les premières générations de la Celica avec traction arrière présentent un intérêt. Conformément au caractère de cette catégorie de véhicules, de nombreux premiers acheteurs ont déjà individualisé leur voiture en la dotant de jantes en alu, de déflecteurs ou des rétroviseurs haut placés de la version japonaise, etc. Si de telles modifications sont contemporaines, elles ne devraient pas empêcher l’admission comme «véhicule vétéran». Dans le doute ou en cas de réclamations, nous vous prions de bien vouloir nous contacter.

Un défi tout particulier consiste sans doute à trouver une des premières Celica dans son état d’origine ou de la ramener de nouveau à cet état.

Galerie

TOYOTA AG
Schürmattstrasse · 5745 Safenwil · peter.ernst@toyota.ch