TOYOTA Corona / Corona Mark II

Model-Code

  • RT40: Sedan 1500, 4 vitesses, 4 portes, moteur 2R
  • RT46: break 1500, 4 vitesses, 3 portes, moteur 2R
  • RT46: Pickup 1500, 4 vitesses, 2 portes, moteur 2R
  • RT51: Coupé 1600 S, 4 vitesses, 2 portes, „moteur 4R

  • RT60: Mark II Sedan 1600, 4 vitesses 4 portes, moteur 7R
  • RT62: Mark II Sedan 1900, 4 vitesses, 4 portes, moteur 8R
  • RT72: Mark II Hardtop 1900, 4 vitesses, 2 portes, moteur 8R
  • RT76: Mark II break 1600, 4 vitesses, 5 portes, moteur 7R
  • RT77: Mark II break 1700, 4 vitesses, 5 portes, moteur 6R
  • RT80: Mark II Sedan De Luxe 1500, 4 vitesses, 4 portes, moteur 2R

  • RX12: Mark II Sedan 2.0, 3 ou 4 vitesses, 4 portes, moteur 18R
  • RX28: Mark II break 2.0, 3 ou 4 vitesses, 5 portes, moteur 18R
  • MX12: Mark II Sedan 2.3, 3 ou 4 vitesses, 4 portes, moteur 2M (6 cylindre)
  • MX22: Mark II Coupé 2.3, 3 ou 4 vitesses, 2 portes, moteur 2M (6 cylindre)

  • RT102: 1800 Sedan, 4 ou 5 vitesses ou 3 rapports automatique, 4 portes, moteur 16R
  • RT117: 1800 break, 4 vitesses 5 portes, moteur 16R

  • TT132: 1800 Liftback, 4 ou 5 vitesses ou 3 rapports automatique, 5 portes, moteur 3T

La gamme de modèle Corona a eu l’honneur d’avoir été le premier modèle Toyota à avoir été importé en Suisse. À la fin de l’année 1966 déjà, la première Corona RT40 est arrivée chez nous. Ce fut également ce véhicule avec lequel Walter Frey a transpercé le célèbre drapeau japonais et a lancé de la sorte la publicité pour ce nouveau produit.

Le design de la gamme de modèle Corona ne laissait subsister aucun doute quant à l’origine de cette voiture d’Extrême-Orient. Le style des années 1950 a d’abord occulté quelque peu le fait que ces nouveaux véhicules sur le marché suisse n’avaient strictement rien à envier aux véhicules concurrents en ce qui concernait la technique.

À une époque où des boites à quatre vitesses entièrement synchronisées, un chauffage efficace, la fiabilité, voire même une radio de série, ne faisaient nullement partie de l’équipement standard d’une voiture, les Corona offraient un rapport prix prestations réellement optimal.

Le nom donné aux modèles Corona, que l’on reconnaît au «T» dans le code de modèle, n’allait pas toujours de soi. Au début, ils s’appelaient encore «Corona», ensuite le nom a été complété par «Mark II», mais finalement ce complément a de nouveau été abandonné. Entre-deux, on proposait dans la Corona Mark II le moteur 2.3 litres 6 cylindres en ligne de la Crown MS55 sur les MX12 et MX22. Le «X» dans le code de modèle indique qu’il s’agissait d’un précurseur de la gamme de modèles «Cressida».

Ce sont précisément ces versions 6 cylindres sous forme de coupé, mais aussi la dernière Corona, la TT132 Liftback, qui se sont particulièrement bien vendues mais, en dépit de cette constatation, on n’en rencontre plus guère lors des rencontres de véhicules vétérans. Les versions Coupés 6 cylindres à deux portières, qui n’avaient pas tellement la côte au niveau des exportations, ont été vendues à des prix neufs réellement très attractifs, mais rouillaient tout aussi rapidement que toutes les voitures de cette époque. C’est pourquoi la plupart d’entre elles ont sans doute fini à la casse.

En revanche, les TT132 étaient dotées de 5 portières pratiques et d’un moteur très robuste et assez économique pour l’Afrique. C’est pourquoi de nombreux exemplaires de cette Corona Liftback connaissent sans doute encore une deuxième vie au Togo ou au Bénin, en quelque sorte en guise d’aide au développement indirecte.

Dans l’optique du collectionneur, toutes les Corona présentent en réalité un intérêt. Leur forme «désuète» indique au premier coup d’œil qu’il s’agit d’un véhicule vétéran. La version pick-up de la RT46 est particulièrement rare. On n’en a importé qu’une poignée et, à ma connaissance, il n’en subsiste qu’un seul exemplaire.

Galerie

TOYOTA AG
Schürmattstrasse · 5745 Safenwil · peter.ernst@toyota.ch